• A la recherche d’un projet photo qui me pousserait à me bouger la cellulite les fesses et à me creuser la tronche, j’ai découvert Show Your Lifestyle, un rendez-vous blogueur dont le principe est de répondre à un thème (différent tous les quinze jours) en créant un article et en l’illustrant par plusieurs moyens : livre, photo, peinture, dvd, musique, voire encore par un DIY (Do It Yourself) pour les plus manuelles.


    Tout le monde peut participer, il suffit de mettre le jour J, le lien de son article sur le blog des deux créatrices : Célineou Elodie ou via la page facebookde l’évènement. 

    Pour toutes celles qui souhaiteraient participer, le prochain thème pour le mercredi 13 novembre est Anniversaire. 

    Le thème de ce mercredi est Halloween.
     

    Je n’ai jamais spécialement fêté l’Halloween, mais une petite tradition s’est installée au fil du temps : chaque année pour l’occasion, j’aime revoir un film de Walt Disney que j’adorais plus petite : Hocus Pocus.  

    Et même si il a pris un petit coup de vieux, m'en fous, il reste MON film Halloween par excellence !

    Pour ceux/celles qui ne connaissent pas, ce film date de 1993 et raconte l’histoire de Max, un adolescent récemment installé à Salem avec sa famille, qui craque pour la belle Alison. Obligé d’accompagner sa jeune sœur Dani dans son « trick or treat » et suite à quelques rebondissements, ils se retrouvent tous les trois dans la vieilles maison des sœurs sorcières Sanderson. Pour conquérir le cœur d’Alison, Max décide d’allumer la bougie à flamme noire qui a le pouvoir de faire renaître le temps d’une nuit les trois sœurs.

    Si ce film ne fait pas peur, on y retrouve parfaitement l’ambiance américaine à l’occasion de l’Halloween : l’effervescence des festivités, l’impatience des enfants, des déguisements à gogo avec ce qu’il faut comme dose de magie, zombies, sorcières et amour!

     

    Pour en savoir plus 

    • Pour ne pas trop spoiler, un extrait du début du film ici

    Alors ami lecteur, ça t’a donné envie de découvrir ou redécouvrir ce film ? 
    Toi aussi tu as un film fétiche pour Halloween ?

    A bientôt sur le blog ou sur la page facebook!

    Partager via Gmail Pin It

    4 commentaires
  •  

    Suite au succès du premier tuto photo sur l'application Poladroid, je vais tâcher de vous expliquer comment je bricole mes photos afin d'en faire des polaroids maison au moyen d'un patron.

    Vous aurez besoin:
    - d'une photo au format carré
    - de photofiltre
    - d'un patron
     
     Note : pour mettre une photo au format carré simplement et sans déformation, je vous conseille d'utiliser : 

    - soit l'application poladroid (si vous voulez un effet vintage sur vos photos) : il suffira de rogner légèrement la photo

    - soit, pour ceux qui possèdent des téléphones, passer par instagram (android, apple), molome (blackberry) ou 6tags (windows phone)

    Warning! Si vous utilisez une application, n'oubliez pas de modifier la taille de l'image une fois celle ci sur votre ordinateur, afin que sa résolution en vue d'un développement soit optimale. (Sur photofiltre, aller dans Image -> taille de l'image. Changer la résolution à 300 pixels/pouces + modifier la largeur à 1300 minimum)

    Le patron : vous pouvez le télécharger ici au format png (développé par l'auteur de l'article print any photo as a polaroid). 

    C'est le patron que j'utilise et que j'ai un peu customisé : j'ai simplement  re-colorisé le cadre pour le mettre en noir, remis le reste de la page en blanc, et que j'ai enregistré au format jpeg. 

    Comme je n'arrive pas à le mettre en lien afin qu'il soit exploitable, n'hésitez pas à m'envoyer un mail à rythme-indigo@hotmail.fr si vous souhaitez que je vous l'envoie en pièce jointe.

    1) Ouvrir photofiltre avec le patron + la photo à polaroïder : 

    2) Mettre la photo au format carré si ce n'est pas déjà fait.

    Si vous choisissez une photo faite avec l'application poladroid, pour enlever le pourtour blanc en trop, il suffit d'utiliser l'outil sélection (la petite flèche en haut à gauche dans la barre de raccourci à droite). Sélectionner ce que l'on souhaite garder, clic droit dans le cadre de sélection --> recadrer l'image)

    3) Sélectionner la photo:

    Clic droit sur la photo -> Tout sélectionner (un cadre en pointillé apparait tout autour de votre photo). Clic droit à nouveau -> Copier

    4) Sélectionner l'outil baguette magique:

    5) Utiliser l'outil baguette magique :

    A l'aide de la baguette, cliquez sur le cadre noir du patron (un cadre en pointillé apparait)

    Clic droit dans ce cadre --> Effacer. Il devient alors blanc.

    6) Transférer la photo sur le patron:

    Clic droit dans le cadre blanc (toujours en pointillé) --> Coller dedans --> Ajuster la taille.

      7) Enregistrer votre nouvelle photo:

    Aller dans Fichier --> Enregistrer-sous (ne faites pas enregistrer à moins d'avoir un second patron sous la main!)

    8) Tadaaa!

     Votre premier polaroid est terminé!

    9) Imprimer ou développer votre photo:

    Il ne vous reste ensuite plus qu'à développer votre photo, et à couper le surplus blanc pour avoir votre polaroid!


    Info utiles : Pour le développement d'une photo en 10x15cm, on obtient un polaroid de 10x12.

                       Pour un développement en 9x13cm on obtient un polaroid de 9x11.

    Quelques photos développées au format 10x15 puis coupées au format 10x12:

    Partager via Gmail Pin It

    10 commentaires
  •  Ou comment je suis passée du côté obscur de la force !

     

     
     
    Il y a quelques années, j’étais la première à dire :
    "la liseuse, c’est la mort du livre et des librairies, jamais, Ô grand jamais je n’en aurai une."
     
    Il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis, hein ?!
     
     
     
     
     
     
    Le pourquoi du comment

    L’année dernière, j’ai beaucoup voyagé, notamment en train. Pour des longs trajets. Assez longs pour qu’un bouquin me fasse, au mieux l’aller, au pire les deux premières heures de voyage. Jusqu’à ce que je dise : stop ! Je voyageais déjà le plus léger possible, impensable pour moi de m’encombrer d’un deuxième voire troisième livre de voyage. 

    Arrivée là, plusieurs solutions s’offraient à moi : arrêter de lire, prendre mon mal en patience ou trouver un compromis.

    J’ai donc naturellement pensé à la liseuse, et plus précisément à la plus célèbre : la Kindle Amazon

    Comme je ne fais jamais rien à moitié, je me suis farcie tous les tests et avis de consommateurs que j’ai pu trouver concernant la Kindle : le prix était attractif, et moi qui commande souvent sur ce site, cela semblait être la solution la plus simple, donc idéale. Oui mais

    La kindle ne lit pas beaucoup de formats : oubliez la lecture de vos pdf et de vos ebooks au format epub (le plus courant). Pas glop.

    Je fonce donc lire les tests et avis de consommateurs des autres liseuses et une ressort du lot : la Kobo Glo commercialisée par la Fnac.

    La Kobo premier prix ne me convient pas, trop petite, et surtout, elle ne possède pas le petit truc en plus qui fait toute la différence : un écran retro éclairéHallelujah! Que l’on allume ou non. 

    Et moi qui suis sujette aux insomnies chroniques, c’est topissime pour ne pas réveiller le Sousou qui dort à côté de moi… Et méga écolo du coup, car plus besoin de lampe de poche ni de pipiles. Great ! 

    En plus, la kobo est la liseuse du marché qui lit le plus de format différents (même le format bd) alors c’est tout bénef pour bibi !

    Alors vous allez me dire : 

    "Bon ok, ça c’est sur le papier. Mais dans la réalité ?"

    Cela fait maintenant bien un peu plus de six bons mois que je l’utilise, et c’est que du bonheur !

              


    Ce que j’aime : 

    - Le tas de livres que je peux stocker dans la grande mémoire de la liseuse,

    - La batterie méga longue durée (j’ai dû la recharger 5 ou 6 fois depuis que je l’ai pour une moyenne de lecture d’une heure par jour),

    - Le rétroéclairage de feu de dieu

    - L’écran mat qui permet une lecture sans gêne même en plein cagnard à 45°.

    - Le côté écolo du no paper at all,

    - La ribambelle de formats différents qui n'emprisonnent pas le lecteur à la seule marque de la fnac.

     

    Ce que j'aime moins :

    Longue à s'allumer (environ un arrêt de tram)

    - Le manque de quelques boutons physiques : à part le bouton du rétroéclairage, tout est tactile, même pour tourner les pages.

     

    Astuce du jour, bonjour : pour utiliser au mieux votre liseuse (toutes marques confondues), je vous conseille le très pratique logiciel gratuit Calibre, véritable bibliothèque virtuelle que vous pouvez relier à votre liseuse. 
    Avec ce logiciel, vous pouvez convertir vos livres à n’importe quel format (par exemple du pdf à l’epub), rajouter des jaquettes, des résumés, lire des livres directement sur votre écran sans aspirine  sans vous bousiller les yeux, transférer des livres vers votre liseuse etc… un must have ! 

    Pour conclure
    S’il est vrai que la liseuse a vraiment amélioré mon quotidien de mini baroudeuse, il s’avère également que rien ne remplace le toucher et l’odeur du livre papier.

    C’est pourquoi je lis souvent deux livres en parallèle : un papier quand je suis chémoi, et un électronique lorsque j’ai une petite insomnie ou lors de mes déplacements. 

    Avec une attention toute particulière pour le choix du livre papier.

    Je la trouve aussi particulièrement adaptée aux personnes souffrant de problèmes physiques, ergonomiques ou de troubles de la vue.

    Renier la liseuse électronique avant de l’avoir essayée serait, d’après moi, la condamner un peu viteN’hésitez pas à aller en magasin pour aller les tripoter, elles sont souvent en présentation, chaque commerce proposant la sienne avec des caractéristiques qui lui sont propres.

    De plus, même si je ne suis pas prête à laisser complètement les livres papier, la liseuse électronique permet de tendre vers une démarche "zéro déchet", et ainsi être un peu plus en accord avec mes préoccupations actuelles.

     

    Pour aller plus loin:

    Et toi ami lecteur, tu es déjà passé du côté obscur de la force ? 
    Tu en as le projet ?



              

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Petite, j’étais toujours fourrée à la bibliothèque.  
    C’est là que j’ai découvert un livre pour enfant qui m’a énormément marqué, que je me suis procuré plus grande et que j’ai lu régulièrement par la suite : L'histoire d'Helen Keller, de Lorena A.Hickok.
     
    Synopsis

    Quel avenir peut avoir une petite fille de six ans, aveugle, sourde et muette ? Les parents d'Helen sont désespérés jusqu'au jour où Ann Sullivan arrive chez eux pour tenter d'aider Helen à sortir de sa prison sans mots, ni couleurs ni sons. Les premiers échanges sont houleux, mais la persévérance d'Ann, l'intelligence et le désir d'apprendre d'Helen parviennent à vaincre l'impossible.

     

    L’intrigue et les personnages

    Helen Keller perd la vue et l’ouïe à l’âge de 19 mois, suite à une forte fièvre. Elle devient donc aveugle, sourde et muette à une époque où peu de moyens sont mis en œuvre pour les personnes en situation de handicap, qui sont ni plus ni moins parqués sans aucunes mesures d’hygiènes ou de suivi dans des hôpitaux psychiatriques.

    Grâce à l’opiniâtreté de ses parents qui, refusant d’en arriver à une telle extrémité, contactèrent la Perkins Institution for the Blind de Boston, Helen vit arriver, le 3 mars 1887 (Helen a 7 ans) celle qui allait bouleverser définitivement sa vie : la jeune diplômée Ann Sullivan, alors âgée de vingt ans.

     

    Mon avis

    La vie d’Helen est exceptionnellement  riche et touchante, et pourtant elle avait tout du cauchemar : sourde, muette et aveugle au XIXème siècle !

    Grâce à l’amour de ses parents ainsi qu'à la détermination et le dévouement d’Ann Sullivan, associés à l’incroyable intelligence et envie d’apprendre d’Helen, cette petite fille va avoir un destin hors du commun et devenir une figure essentielle (malheureusement encore trop méconnue) de l’émancipation de la femme.

    • J’ai adoré

    Le style d’écriture simple et épuré qui ne tombe jamais dans le pathos

    L’adaptation d’une histoire authentique traitant d’un sujet peu commun

    Découvrir et suivre la relation solide et le dévouement mutuel entre Helen Keller et Ann Sullivan

    • Je regrette

    Le manque de détails concernant certains passages de la vie d’Helen (mais 225 pages pour raconter une vie, il faut faire des concessions)

     

    Alors, à lire ou pas ?

    C’est pour moi un incontournable !

    Accessible à tous (enfants comme adultes), c’est définitivement un livre à mettre entre toutes les mains (et à avoir dans toute bibliothèque).

     

    Pour aller plus loin :

    - L'autobiographie d'Helen Keller

     

    - La chronique de Sharon sur ce livre

    - Le dossier de l'American Foundation for the Blind consacré à Ann Sullivan 

     

    A bientôt sur le blog ou sur la page facebook!

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires